"Jeu de dupe" Huile sur bois Chantourné* - (50x40 cm)

Oeuvre acquise par le MUSÉE DE LA LOTERIE NATIONALE
25 – 33 rue Belliard - Bruxelles 1040 - Belgique

* LE CHANTOURNÉ

Le chantournage est une technique qui consiste à isoler une
composition en suprimant l'arrière plan.
Le sujet étant peint sur bois, Logan découpe à la scie
les contours extérieurs des objets qui compose l'oeuvre.
Cette « liberté» de l'œuvre contribue à créer le besoin
irrésistible de s'approcher, pour mieux voir et toucher, car elle
renforce l'illusion créée par le trompe-l'œil en situant l'objet ou les
objets de la composition dans l'espace visuel du spectateur et non
plus dans un tableau. On peut placer le chantourné n'importe où,
ailleurs que sur un mur.
Très en vogue au XIX. siècle, le chantournage, après une longue
éclipse, a été remis à l'honneur par plusieurs artistes contemporains.

Reprenant le thème du Jeu avec des moyens modernes, Logan rejoint ici  la Vanité vers laquelle tend une partie de lui-même. Ces moyens sont  intéressants en ce qu'ils sont au service du propos tenu. suggérer par  le seul langage des choses l' aliénation ou mène le jeu.

On  notera tout d'abord, cas unique dans l'oeuvre de l'artiste à ce jour, la  disparition du fond scénique. L 'effet obtenu est une concentration du  regard sur les objets du Trompe-l'oeil , qui ne se détachent plus sur  une toile unique, mais bien sur un bois. Il s'ensuit un effet de  focalisation du regard sur les objets du jeu, dans une illusion de  tridimensionalité.

L'ensemble ainsi souligné, à la fois sujet et  centre de la composition, affecte la forme d'une sorte de Babel de  livres ,posée sur un socle formant scène, et régulièrement scandée de  chaque coté de la pile d'objets rappelant le thème de la toile.Le  cavalier des 'échecs, Les cartes renvoyant à la thématique baroque des "  Tricheurs", avec l' as ce Coeur et le sept de trèfle, le but étant dans  ceux-ci de substituer une carte forte à une carte faible.  L'accumulation, ici , suggère l'excès d'une passion dévorante,  aliénante, qu'elle revête l'aspect du Joueur d' Echecs ou du Joueur de  Cartes. Les livres eux-mêmes doivent être compris comme subordonnés à  cette passion. Ce ne sont pas des objets de connaissance, mais des  traités pour gagner, comme le prouve la présence dans la pile et en haut  de celle-ci, du Traité des Échecs de Philidor, réimprimé sans  interruption depuis le Dix-huitième siècle.

Une passion aliénante  supprime le temps pour celui qui s'y livre. " Ces jours qui passent et  ne reviennent pas", comme disait La Bruyère dans le portrait d'un autre  collectionneur enragé, Diphile, sont  ici suggérés par une autre  série d'objets, métaphoriques de l'écoulement du temps, ou la virtuosité  du pinceau n'exclut pas la profondeur. groupés de face en une  composition de forme triangulaire, ils s'échelonnent de bas  en  haut de la pile, en un crescendo calculé: Ce sont les lunettes d'un  homme âgé, comparables à celle de l' Autoportait de Chardin, c'est la  voiture, symbole ambivalent de vitesse et de mort. On notera le modèle  choisi, noir, précisément, très proche des sinistres Tractions qui  allaient conquérir une célébrité funeste entre 1930 et 1945. enfin,  surmontant le tout, la montre, symbole du temps qui passe pendant que  l'homme se livre à des futilités... " Horloge, Dieu Effrayant," disait  déjà Nerval. Ce n'est pas pour rien que le peintre a intitulé son  tableau Jeu de Dupe, le singulier, inhabituel, paraissant signifier que  la dupe, ici, c'est l'Homme dans son ensemble.

Tableau  expérimental en ce qu'il brise le cadre traditionnel du Trompe -L'Oeil,  cette Vanité demeure, avec des objets modernes, d'esprit très classique.  elle montre selon le code en vigueur les objets de la tentation, Mais  elle déploie aussi en contrepoint , par d'autres objets, les  conséquences de cette monomanie du Jeu: Vieillissement,   indifférence au temps, à la mort peut être, sûrement à la vie, qui  passent inéluctablement. De quoi se souvenir du célèbre Verset de l' Ecclésiaste: " Vanitas, vanitatem,omnium Vanitatorum". Vanité, vanité,  tout est  Vanité!

                                                                                            M. Court  

 

logan, artiste peintre - trompe l'oeil et peinture hyper réaliste

© Copyright : logan-art.com - Reproduction interdite